L’arbre commémoratif est planté par le père ou le grand-père, lors de la naissance de l’enfant.

Cet arbre, symbole de vie, est soigneusement choisi en fonction du sexe de l’enfant. Ainsi, pour célébrer l’arrivée d’une fille, on préférera planter un arbre fruitier ou un rosier dans un champ qui lui reviendra en dot ; par contre, pour le garçon le choix est plus complexe : si l’on souhaite un garçon fort, on plante un chêne mais si l’on souhaite un garçon qui soit brillant, on choisira un noyer. Son arbre est toujours planté dans le domaine de la ferme.

Le choix de l’arbre était important car les croyances populaires établissaient un parallélisme entre la manière dont pousse l’arbre et celle dont l’enfant grandit.

 

Cet arbre, comme le Goettelpfennig, est considéré comme propriété de l’enfant.

 

Malheureusement, les naissances n’étaient pas toujours heureuses. Il arrivait que la mère et/ou le nourrisson meurent. Les Alsaciens ont donc des croyances particulières pour de tels événements.

>> haut de page